Pathologie thyroïdienne

Écrit par les experts Ooreka

Les pathologies thyroïdiennes sont favorisées par certains facteurs de risque relativement bien identifiés et qu'il convient de connaître.

Hérédité de la pathologie thyroïdienne

Il a été mis en évidence que ces pathologies thyroïdiennes survenaient régulièrement chez les personnes d'une même famille.

Cela se révèle tout particulièrement significatif en ce qui concerne les goitres et les pathologies auto-immunes (maladie de Basedow surtout).

Toutefois, en fonction des cas, le terrain familial peut favoriser les maladies thyroïdiennes sans que ce soit systématiquement la même pathologie qui apparaisse. On aura par exemple un antécédent familial de cancer thyroïdien chez un patient qui présentera quant à lui un nodule thyroïdien ou une hypothyroïdie, par exemple.Par ailleurs on constate que les femmes présentent quatre fois plus de risque d'être victimes de pathologies thyroïdiennes que les hommes. En effet, 80 % des malades sont des femmes.

Pathologie thyroïdienne : carence en iode

Le second facteur favorisant des pathologies thyroïdiennes est d'ordre environnemental. Il s'agit de la carence en iode. En effet, thyroïde et iode sont intimement liés.

  • L'iode n'est présent qu'en infimes quantités dans notre alimentation, or la thyroïde en a besoin pour fonctionner.
  • Les carences en iode augmentent notamment les risques de développer des nodules thyroïdiens et les goitres.

Le sel en contient en petite quantité, mais il est surtout conseillé, pour pallier cette carence, de consommer des produits de la mer :

  • poissons de mer (morue, sardines, maquereaux, etc.) ;
  • crustacés ;
  • algues, etc.

Remarque : l'excès d'iode est également nocif. Par ailleurs, les véritables carences sont extrêmement rares dans les pays industrialisés.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Irradiation et pathologies thyroïdiennes

Un des facteurs de risque les plus évoqués en ce qui concerne le cancer de la thyroïde est l'irradiation ou exposition à des rayonnements radioactifs.

Le facteur d'augmentation de cette pathologie serait de 80 % pour une dose de 1 000 millisieverts. La sensibilité chez les filles est de deux à trois fois plus élevée que chez les garçons (risque qui diminue progressivement jusqu'à disparaître à partir de 35 ans).

Remarque : les études réalisées suite au passage du nuage radioactif de Tchernobyl n'établissent aucun lien de cause à effet entre cet événement et l'augmentation du nombre de cancers de la thyroïde en France. Toutefois, cette cause ne peut être totalement écartée (les enfants ukrainiens, eux, n'ont pas été épargnés).

Les conséquences d'accidents tels que ceux de Tchernobyl, de Fukushima ou encore des bombes lâchées sur Hiroshima et Nagasaki ne sont pas les seuls cas d'irradiation. En effet, les rayons utilisés en médecine (radiographie et scanner) peuvent eux aussi augmenter les risques de cancers de la thyroïde.

Alimentation et problèmes à la thyroïde

La consommation d'iode en trop grande quantité est également néfaste. Ainsi, si la consommation d'aliments tels que les crustacés et les fruits de mer peut permettre de lutter contre une carence, une alimentation essentiellement composée de ce type de nourriture serait, d'un autre côté, susceptible de favoriser les cancers de la thyroïde.

  • De même, les excès d'iode constatés au Japon et imputés à la consommation excessive d'algues pourraient être à l'origine des cas d'hypothyroïdies retrouvés dans l'archipel.
  • Un certain nombre d'aliments (dit « goitrogènes ») sont également incriminés dans l'apparition des pathologies thyroïdiennes.

Il s'agit :

  • des crucifères :
    • choux (chou-fleur, chou de Bruxelles, chou rouge, blanc...),
    • brocolis,
    • radis,
    • rutabaga, etc. ;
  • du soja (qui inhibe les hormones thyroïdiennes) ;
  • le thé vert (il pourrait bloquer la conversion de T4 en T3 au niveau hépatique) ;
  • du manioc (notamment mal cuit) ;
  • du millet ;
  • des patates douces ;
  • des cacahuètes.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Thyroïde et polluants

La pollution est également citée comme pouvant favoriser l'apparition des pathologies thyroïdiennes. C'est notamment les polluants chimiques et les pesticides qui sont évoqués.

De même certains médicaments sont cités comme pouvant être à l'origine de cancers thyroïdiens. C'est notamment le cas avec :

  • le pentobarbital ;
  • la griséofulvine ;
  • la spironolactone.

D'autres médicaments ou traitements allopathiques favorisant le risque d'hypothyroïdie seraient :

  • le lithium ;
  • l'amiodarone ;
  • des médicaments destinés à traiter l'hyperthyroïdie ;
  • le traitement à base d'iode radioactif ;
  • la radiothérapie.

De façon générale les produits contenant de l'iode tel que la Bétadine ou encore certaines pilules contraceptives pourraient favoriser les pathologies thyroïdiennes.

Tabac et pathologie thyroïdienne

Fumer peut également favoriser la survenue de certaines pathologies thyroïdiennes : goitre, maladie de Basedow (hyperthryroïdie). Cela serait dû à la substance « goitrogène » présente dans le tabac. Mais alors que le tabagisme favorise la survenue d'une hyperthyroïdie, il joue plutôt un rôle protecteur contre l'hypothyroïdie.

Par ailleurs, la consommation de tabac par la mère en période d'allaitement est susceptible de diminuer la quantité d'iode présente dans le lait maternel. La thyroïde du nourrisson pourrait donc s'en trouver affectée.

De plus, fumer sera particulièrement préjudiciable :

  • en cas d'hyperthyroïdie en raison :
    • de l'augmentation de la conversion de thyroxine (T4 en T3) et donc de la diminution de l'efficacité du traitement anti-thyroïdien,
    • du stress augmenté ;
  • en cas de maladie de Basedow en raison :
    • du risque d'augmenter l'exophtalmie,
    • du risque de rechute plus importante en cas d'arrêt du traitement anti-thyroïdien ;
  • en cas d'hypothyroïdie ou de thyroïdite de Hashimoto, car l'hypothyroïdie peut s'aggraver (ou elle peut être masquée par une absence de symptômes).

Stress et thyroïde

Bien que, médicalement, le rôle joué par le stress dans les problèmes de thyroïde reste assez flou, sa participation à la survenue de ces maladies a été mise en évidence.

Certains thérapeutes, les décodeurs, se basent exclusivement sur cet aspect pour traiter les pathologies thyroïdiennes, avec des résultats parfois spectaculaires.

Indépendamment du stress quotidien, les pathologies thyroïdiennes seraient dues à un conflit émotionnel.

Le conflit susceptible de générer une maladie de thyroïde a un lien avec le temps :

  • tout va trop vite et nous ne trouvons pas le temps de tout faire (hypothyroïdie) ;
  • tout fonctionne au ralenti alors que nous sommes en hyperactivité (hyperthyroïdie).

Interrogez les personnes qui souffrent de pathologies thyroïdiennes, vous constaterez dans un nombre considérable de cas que dans les semaines ou mois qui précèdent l'apparition des symptômes, la personne a vécu un conflit émotionnel de cet ordre.

Bien entendu, pour exploiter cette donnée, faire appel à un thérapeute décodeur compétent est nécessaire.

Maux de tête et pathologies thyroïdiennes

Indépendamment de tous ces facteurs, les personnes qui souffrent de maux de tête fréquents présentent un risque augmenté de 21 % de développer une hypothyroïdie.

Celles qui ont des céphalées fréquentes voient même leur risque augmenté de 41 %.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
NL
nathalie lariviere

rédactrice conseillère en aromathérapie holistique | passion huiles essentielles

Expert

LM
laurence maron

coach de vie, couple, celibat valence 26 drome ard | gaillard maron eirl coach amour look drome ardeche

Expert

marion alisse

psychanalyste-praticienne en psychotherapie | psychothérapie sceaux - psychanalyse et psychoth

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.