Sommaire

Habitudes alimentaires en cas de pathologie thyroïdienne

Plusieurs règles alimentaires sont à observer lorsqu'on présente une pathologie thyroïdienne. En effet, l'alimentation joue un rôle non négligeable dans ce type de maladies et adopter une bonne hygiène alimentaire sera d'une aide précieuse.

Il faut avant toute chose consommer peu de calories et de sucres rapides.

On évitera donc de consommer des aliments tels que :

  • les biscuits, les bonbons ;
  • les fritures (les graisses en général) ;
  • l'alcool ;
  • les épices (et la moutarde) ;
  • les plats raffinés ;
  • les excitants : café, thé, cacao, tabac.
 

Par ailleurs, en cas de traitement à la lévothyroxine (Lévothyrox), il est conseillé d'éviter de consommer du jus de fruit, du jus de pamplemousse en particulier.

Aliments à éviter Aliments à privilégier
  • Les crucifères :
    • chou (blanc, rouge, vert),
    • chou-fleur,
    • chou de Bruxelles,
    • brocoli ;
  • les radis ;
  • le rutabaga ;
  • les patates douces.
Produits de la mer :
  • poissons de mer (morue, sardines, etc.)
  • crustacés ;
  • algues.

Remarque : ne pas en manger exagérément en cas de thyroïdite de Hashimoto (risque de production d'anti-TPO en excès).

  • Le soja (limiter le tofu et le lait) qui inhibe les hormones thyroïdiennes et le traitement à la lévothyroxine ;
  • le manioc ;
  • le millet.
Légumes crus :
  • légumes verts,
  • haricots verts (riches en iode),
  • légumes feuillus,
  • carottes, etc.
Les arachides :
  • cacahuètes,
  • noix (de pécan, de macadamia),
  • noisettes.
Fruits :
  • fraises (qui jouent sur les glandes endocrines),
  • agrumes riches en vitamine C,
  • kiwis, etc.
Noix du Brésil

Il est par ailleurs recommandé d'effectuer un petit jeûne de un ou deux jours de temps à autre. Il est possible, si on préfère, d'envisager une monodiète de fruits ou de légumes (carottes par exemple).

Compléments alimentaires

Un certain nombre de compléments alimentaires peuvent être utiles en cas de pathologies thyroïdiennes.

Parmi eux on retiendra tout particulièrement :

  • le chlorure de magnésium ;
  • le sélénium (de 200 à 1 000 µg par jour sous surveillance médicale) pour lutter contre les troubles du système hormonal ;

Exemples :

  • l'algue Lamonaria Japonica est à la fois détoxinante et riche en iode organique ; elle existe également sous forme de gélules : Modifilian (à prendre le matin à jeun) ;
  • les graines de citrouille, riches en zinc et en sélénium ;
  • l'ashwaganda (plante de la médecine ayurvédique) présent dans le produit ThyroSense (Lorna Vanderhaeghe) avec de la L-thyrosine, du cuivre et de l'iode notamment ;
  • la vitamine B6, régulatrice de la fonction de la thyroïde ;
  • le romarin dont l'acide carnosique stimule la production des hormones thyroïdiennes ;
  • de façon générale les graines germées.
En cas d'hypothyroïdie En cas d'hyperthyroïdie
La vitamine A, stimulante, se trouve notamment dans :
  • les légumes feuillus (dans les feuilles vert foncé en particulier),
  • les œufs,
  • les carottes.
La vitamine C qui joue un rôle antioxydant et favorise le rétablissement de l'organisme.
La vitamine B, régulant et stimulant la glande thyroïde et favorisant l'oxygénation cellulaire se retrouve notamment dans les légumes verts à feuilles. La teinture mère de Lycopus europaeus à raison de 30 gouttes 3 fois par jour.
La maca stimulante pour l'hypophyse et l'hypothalamus (en savoir plus : thyroxine) ; Infusion de grémil, lycope et mélisse (3 tasses chaudes par jour) ou jusqu'à 6 ml de teinture mère (3 fois par jour).
Le Shen Lu (pharmacopée chinoise) pour diminuer les symptômes et faire grimper le taux d'hormones.