Thyroïdite

Écrit par les experts Ooreka

Thyroïdites : généralités

Comme le suggère leur nom, les thyroïdites sont des inflammations de la glande thyroïde. Les thyroïdites touchent un nombre important de femmes et elles peuvent être aussi bien totalement asymptomatiques que très douloureuses.

Relativement fréquentes elles se décomposent en deux groupes essentiels : les thyroïdites auto-immunes (les plus fréquentes) et les thyroïdites non auto-immunes.

Chacune de ces deux catégories comprend des pathologies spécifiques. Les plus connues d'entre elles sont les thyroïdites : de Hashimoto, de De Quervain, de Riedel, du post-partum, iatrogène ou encore aiguë.

Thyroïdites auto-immunes

Habituellement, les thyroïdites auto-immunes évoluent en trois phases successives : hyperthyroïdie, hypothyroïdie et euthyroïdie (retour à la normale).

Thyroïdite d'Hashimoto

La thyroïdite d'Hashimoto (ou thyroïdite lymphocytaire chronique) est sans nul doute la thyroïdite la plus représentée. Il s'agit d'une thyroïdite auto-immune chronique possédant plusieurs particularités :

  • elle ne présente pas de signes inflammatoires ;
  • elle se caractérise également par la concentration élevée d'anticorps anti-thyropéroxydase (anti-TPO) qu'elle donne à voir de façon persistante (dans plus de 90 % des cas) ;
  • elle n'évolue pas comme les autres thyroïdites auto-immunes ;
  • elle présente un goitre diffus, symétrique et indolore, mais ferme.

En effet, elle évolue généralement vers l'hypothyroïdie contrairement aux autres thyroïdites auto-immunes.

  • Elle s'associe fréquemment d'autres pathologies auto-immunes ou à un cancer de la thyroïde.
  • À elle seule, elle n'engage pas le pronostic vital à l'exception des rares cas d'encéphalite qu'elle est susceptible de provoquer.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Thyroïdite de De Quervain

Beaucoup moins fréquente que la thyroïdite de Hashimoto la thyroïdite de De Quervain a une origine virale. Il s'agit donc davantage d'une inflammation à proprement parler. Elle intervient généralement après une pathologie ORL ou affectant les voies respiratoires (grippe, bronchite, rhinopharyngite, etc.).

Quoique relativement bénigne, son caractère inflammatoire la rend souvent douloureuse au niveau du cou et fébrile (elle s'accompagne de fièvre). Elle s'accompagne d'une augmentation de la taille de la thyroïde et parfois d'une altération de l'état général. Une légère hypothyroïdie peut parfois être retrouvée, mais cela reste exceptionnel.

Thyroïdite de Riedel

La thyroïdite de Riedel est encore plus rare. Sans gravité elle entraîne toutefois la fibrose de la glande thyroïde ce qui laisse parfois penser à une tumeur.

Thyroïdite post-partum et thyroïdite silencieuse

La thyroïdite du post-partum est à rapprocher de la thyroïdite dite « silencieuse » (sans inflammation). Toutes deux sont des variantes subaiguës de la thyroïdite de Hashimoto.

  • En effet, elles présentent un goitre diffus similaire et une concentration élevée d'anticorps anti-TPO (dans 50 % des thyroïdites silencieuses).
  • Toutefois, ces deux pathologies sont beaucoup plus rares que la thyroïdite de Hashimoto. La thyroïdite du post-partum concerne près de 5 % des femmes qui viennent d'accoucher.

Elles présentent une évolution de 4 à 6 mois généralement caractéristique des thyroïdites auto-immunes :

  • hyperthyroïdie ;
  • hypothyroïdie ;
  • euthyroïdie (dans 80 % des cas, les 20 % restants conservent une hypothyroïdie résiduelle).

Thyroïdites non auto-immunes

Thyroïdite iatrogène

La thyroïdite iatrogène intervient suite à un traitement généralement médicamenteux. Les médicaments qui sont impliqués sont :

  • l'amiodarone (susceptible d'entraîner aussi bien une hypo qu'une hyperthyroïdie) ;
  • le lithium (parfois donné à des patients bipolaires) ;
  • les interférons alpha (dans 5 % des cas) ;
  • les interleukines 2 (2 % des cas).

Thyroïdite aiguë

La thyroïdite aiguë, due à des bactéries, des mycobactéries ou des champignons, est rarissime. Lorsqu'elle est présente, elle entraîne :

  • une douleur (qui irradie parfois vers les oreilles et la mâchoire inférieure et augmente en cas de déglutition ou de mouvement de rotation) ;
  • un érythème (lésion cutanée accompagnée d'une rougeur) ;
  • une fièvre ;
  • parfois un gonflement des ganglions lymphatiques (adénopathie).

Les thyroïdites à mycobactéries ou à champignons ont tendance à se chroniciser.

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
PB
philippe beranger

médecin | philippe beranger

Expert

SD
safia djoumi

aromathérapeute holistique et coach en nutrition

Expert

DB
danièle beurtin

sophrologue, sophrothérapeute

Nouvel expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !