Sommaire

Généralités sur la thyroïdite aiguë

Les thyroïdites aiguës entraînent parfois des douleurs très importantes qui contrastent généralement avec la plupart des autres maladies thyroïdiennes.

Toutefois, il convient de distinguer :

  • les thyroïdites subaiguës indolores (dites silencieuses) ;
  • les thyroïdites aiguës (particulièrement douloureuses, mais rares).

 

Thyroïdite subaiguë

La thyroïdite subaiguë évolue en 6 mois maximum sans jamais donner à voir de symptômes inflammatoires évidents.

Généralement, les pathologies thyroïdiennes telles que la thyroïdite subaiguë sont passagères et sans gravité.

Diagnostic

Malgré l'absence de symptômes inflammatoires tangibles, les analyses permettent de retrouver chez 50 % des patients un taux important d'anticorps anti-thyropéroxydase (ce taux reste en deçà de ceux qu'on observe dans la thyroïdite de Hashimoto).

Cliniquement, un goitre peut apparaître ce qui, une fois encore, laisse penser à la maladie de Hashimoto. En revanche, les thyroïdites silencieuses sont beaucoup plus rares.

Mécanisme lésionnel

Au cours d'une thyroïdite subaiguë, on distingue trois phases :

  • hyperthyroïdie : cette phase peut durer deux mois et est consécutive à la libération dans le sang des hormones qui étaient jusque-là stockées dans la glande thyroïde ;
  • hypothyroïdie : cette phase peut durer quatre mois ;
  • euthyroïdie : ce retour à la normale concerne 80 % des malades, 20 % d'entre eux restants hypothyroïdiens.

Traitement

Le traitement de ce type de thyroïdites est fonction de la pathologie thyroïdienne la plus marquée.

  • En cas d'hyperthyroïdie, on cherche à limiter ses symptômes en utilisant notamment des bêtabloquants (pour stopper la tachycardie).
  • En cas d'hypothyroïdie prolongée, des hormones thyroïdiennes de substitution sont prescrites (jusqu'au retour à la norme).

Thyroïdite aiguë

La thyroïdite aiguë à proprement parler est due à des bactéries, à des mycobactéries ou à des champignons. Elle reste toutefois rarissime.

Symptômes

Lorsqu'elle est présente, cette thyroïdite entraîne :

  • une douleur (qui irradie parfois vers les oreilles et la mâchoire inférieure et augmente en cas de déglutition ou de mouvement de rotation ou d'inclinaison de la tête) ;
  • un érythème (lésion cutanée accompagnée d'une rougeur) ;
  • une fièvre ;
  • parfois une lymphadénopathie (gonflement des ganglions lymphatiques).

Diagnostic

Du fait de l'inflammation, on retrouve une vitesse de sédimentation élevée, une ponction de thyroïde permettant d'établir le diagnostic.

Traitement de la thyroïdite aiguë

Le traitement est classique :

  • antibiotiques ;
  • drainage des abcès s'il y a lieu.

Aussi dans la rubrique :

Maladies thyroïdiennes

Sommaire