Traitement hypothyroïdie

Écrit par les experts Ooreka

Hormones de substitution

Les médicaments qui servent au traitement de l'hypothyroïdie sont des hormones de substitution. Ils viennent compléter les hormones thyroïdiennes (la T4 surtout) voire les remplacer totalement lorsque la glande thyroïde n'en produit plus du tout.

Toutes les hypothyroïdies seront traitées grâce aux médicaments suivants qui sont à prendre quotidiennement :

  • le Lévothyrox le plus connu et le plus fréquemment utilisé ;
  • le Cynomel qui peut être associé au Lévothyrox lorsque la conversion de T4 en T3 est insuffisante ;
  • le TA3 qui comme le Cynomel peut être associé au Lévothyrox pour apporter un supplément de T3 ;
  • l'Euthyral comprend à la fois des T4 et des T3, mais est, de ce fait, difficile à doser ;
  • la L-Thryoxine, contrairement aux autres médicaments, se présente sous forme de gouttes ce qui facilite le dosage (pour le traitement d'hypothyroïdies congénitales des nouveau-nés, par exemple).

Il n'est en principe pas nécessaire de prendre des traitements à base de T3 puisque le corps effectue lui-même la conversion de T4 en T3.

Toutefois, lorsqu'un problème de conversion existe, les traitements de T3 seront indiqués. Même chose si un problème d'assimilation de la T4 est observé.

Remarque : parfois, le fait d'apporter une légère supplémentation en T3 stimule l'organisme qui se met alors à en produire normalement par la suite.

Prise du Lévothyrox

Pour une efficacité optimale du Lévothyrox, il est recommandé :

  • de le prendre dès le réveil, à jeun et une demi-heure avant de petit-déjeuner (la présence d'aliments diminue d'un tiers l'absorption par le tube digestif) ;
  • de ne prendre aucun autre médicament dans les deux heures qui suivent.

Le dosage du Lévothyrox peut être modulé en fonction du ressenti en diminuant ou en augmentant les doses, mais sans jamais dépasser une moitié de comprimé de 25 µg seulement (soit 12,5 µg). Toute modification doit être très progressive.

Par ailleurs, il ne faut pas s'inquiéter si lors des premières prises (pendant 3 semaines) un certain nombre de réactions se produisent :

  • maux de tête ;
  • nervosité ;
  • insomnie ;
  • troubles du transit ;
  • palpitations.

En effet, étant donné le rôle crucial que jouent les hormones thyroïdiennes, ces manifestations sont normales avec la mise au repos de la glande thyroïde lorsque la supplémentation hormonale arrive.

Cela ne veut pas dire qu'on bascule en hyperthyroïdie comme ces symptômes le laisseraient supposer.

  • De même, la réapparition des symptômes typiques de l'hypothyroïdie dans le mois qui suit la prise du traitement substitutif est normale. Il faut le temps que le corps et le traitement se « calent », d'autant que le Lévothyrox ne sera totalement actif dans l'organisme qu'après 6 semaines de prise.
  • Ce type de réactions peut être observé à chaque fois qu'on réajuste son traitement (en le diminuant ou en l'augmentant) puisque la thyroïde doit se réadapter, d'où l'importance de ne procéder à des variations que de façon extrêmement progressive.

À noter que le Lévothyrox peut avoir une influence sur :

Besoin de mutuelle santé? Comparez les tarifs gratuitement

Comparer les mutuelles

Autres sujets sur Ooreka


Des experts vous répondent

Simple et gratuit !

Sans démarchage commercial

Déjà plus de 100 000 questions répondues

Poser une question
yvon alexis g.

conseiller spécialisé en phytothérapie & huiles es | plantes médicinales et huiles essentielles

Expert

christophe leblond

phytothérapie, aromathérapie et compléments alimentaires | www.phyto-soins.com

Expert

marie- hélène etoc

psychothérapie , sophrologie , gestion du stress . | psy morbihan-formatrice control feeling

Expert

Rejoindre notre réseau d'experts Plus d'experts


Pour aller plus loin


Trouver un médicament

Plus de 25 000 fiches médicaments issues de la base de données de l'Assurance maladie.

Que recherchez-vous ? (médicament, principe actif, maladie...)

Ce critère permet de chercher votre médicament par :

  • son nom commercial (ex. : Doliprane, Efferalgan, Aspégic, etc.) ;
  • ou par sa substance active (ex. : paracétamol, aspirine, ibuprofène, etc.) ;
  • ou par la maladie, symptôme ou trouble que vous souhaitez traiter (ex. : migraine, état fébrile, douleur légère, etc.).

Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !
Vous êtes déjà inscrit à notre newsletter.